• Monsieur K nous parle de son cas

    Aujourd'hui, dans le répertoire « citations », l'équipe rédactionnelle du Passe Partout a décidé de faire parler pour vous Franz Kafka, admirable auteur de... euh... enfin plein de trucs, quoi (kesk'on devient chiant quand on parle culture).

    Alors donc, Franz, appelons-le ainsi, puisque nous allons entrer directement dans son intimité, tenait un journal. Qu'est-ce qu'un journal, me direz-vous ? Et là, je m'adresse aux jeunes générations : c'est une sorte de blog, mais au lieu de taper sur un clavier d'ordinateur, on écrivait sur du papier. Oui, du papier. C'est étrange, je sais, mais c'est comme ça. Non, pas du papier comme dans les toilettes. Un truc plus solide, blanc, rectangulaire en général, et parfois assemblé en pages reliées. Oui, c'est ça, voilà : avant le minitel - je vois qu'il y a en qui connaissent l'histoire.

    Bon, donc : Franz écrivait des trucs pour lui, dans son journal, parce qu'il voulait noter ce qui lui arrivait dans sa vie dans le but de ne pas oublier, sans doute, mais peut-être aussi dans le but de se connaître, afin de mieux se déconstruire. Franz appartenait à cette race d'hommes dont la volonté était tendue vers un but mystérieux : la création littéraire. Il fallait qu'il fasse passer quelque chose de lui dans ce qu'il allait écrire, tout en inventant quelque chose de profondément neuf.

    Il fallait donc qu'il se dissolve pour se recomposer d'une autre façon dans son œuvre. Son journal est le livre de bord où il a reporté, enregistré et annoté les micro-événements qui ont guidé le cours de cette étrange alchimie.

    Ainsi, Franz écrivait le 26 mars 1912 (mon dieu, déjà ! Comme le temps passe vite !) :

    « Surtout ne pas surestimer ce que j'ai écrit, cela me fermerait l'accès de ce que j'ai à écrire. »

    Là, on sent le type qui a la tête dans le guidon et qui pédale dans la montée. Tous ceux qui, en tenant une plume portent leur croix, sauront de quoi il parle : le tout, c'est d'atteindre le col pour se laisser glisser dans la descente. Une bien belle citation.


    Plus tragique, celle-là, du 2 août 1914 :

    « L'Allemagne a déclaré la guerre à la Russie. - Après-midi, piscine. »

    C'est ma préférée. On sent déjà poindre l'insoutenable légèreté de l'être d'un Kundera (putaiiiiin, j'me la pète grave) (le problème avec mon vernis de culture, c'est qu'il s'écaille au premier coup d'ongle). Bref, il y en a qui vont à la guerre en musique, lui va à la piscine.


    Enfin, une dernière citation qui, je l'espère, donnera aux plus jeunes d'entre nous quelques éléments sérieux pour assembler à la hâte une répartie foudroyante, en cas d'engueulade familiale :

    « Les parents qui attendent de la reconnaissance de leurs enfants (il y en a même qui l'exigent) sont comme ces usuriers qui risquent volontiers le capital pour toucher les intérêts. »

    Il a écrit cela le 12 novembre 1914. Même si la citation a beaucoup servi depuis, elle est inusable. Si, tel le fier Tanguy, vous êtes amenés à réclamer en justice une pension alimentaire à vos parents, n'hésitez pas à pousser l'ironie jusqu'à son point ultime en déclamant cette citation en pleine audience. Vous ne prendrez pas le moindre risque, car le code civil lui fait dire exactement le contraire, en inversant les rôles.

    Vous éprouverez alors ce plaisir rare et sublime de ne jamais parvenir à desservir votre propre cause, même en étant franchement odieux.



  • Commentaires

    1
    Jeudi 1er Février 2007 à 12:53
    Tschou...........
    quelques jours d'absence... à ne pas te lire...Et brwouf...Y a du boulot..Déjà que t'es chiant quand on comprend pas , mais t'es encore plus chiant quand on te comprend...Bon je m'y colle...A te bisouiller...Mon petit chiant préféré...
    2
    Jeudi 1er Février 2007 à 13:50
    Hier j'ai testé
    la poésie. Avec un succès moyen. Là, je donne dans l'absurde. Je te bisouille aussi, ma grande chieuse préférée.
    3
    Jeudi 1er Février 2007 à 15:20
    Il y a...
    ...deux façons de voir les choses ; soit parler de littérature et dériver vers Kafka, soit parler de Kafka et dériver vers la littérature... Un journal ? C'est un peu comme des Carnets, non ? B'jour...
    4
    Jeudi 1er Février 2007 à 15:53
    Ben je sais pas
    Je médite. Je souffre. A un moment j'ai eu de l'espoir, mais je me suis perdu en chemin.
    5
    Jeudi 1er Février 2007 à 17:15
    quel
    chemin?
    6
    Jeudi 1er Février 2007 à 17:20
    Monsieur K
    K comme Katastrof? K comme Krash? En cas de crash, oui, je vous offrirai une bouteille de champagne! LOL. Cordialement.
    7
    Jeudi 1er Février 2007 à 17:20
    Monsieur K
    K comme Katastrof? K comme Krash? En cas de crash, oui, je vous offrirai une bouteille de champagne! LOL. Cordialement.
    8
    Jeudi 1er Février 2007 à 17:35
    Le chemin
    Le chemin du château?
    9
    Jeudi 1er Février 2007 à 17:35
    Merci Hôtesse
    Une bouteille suffira (pas plus d'un crash à la fois).
    10
    Jeudi 1er Février 2007 à 17:39
    ah le
    chemin du chateau...
    11
    Jeudi 1er Février 2007 à 17:44
    Oui
    celui qui mène en Amérique.
    12
    Jeudi 1er Février 2007 à 17:45
    Tu sais
    le pays où ils font toujours des procès.
    13
    Jeudi 1er Février 2007 à 17:59
    troisième
    princesse à droite.
    14
    Jeudi 1er Février 2007 à 18:22
    A droite
    Pas étonnant qu'elle soit à droite, c'est une princesse. Elle vote pas Ségo, bien sûr.
    15
    Jeudi 1er Février 2007 à 19:08
    toi tshoky
    tu regardes ARTE ...c'est sûr :) [ce n'est pas un reproche, au contraire...]
    16
    Tara
    Jeudi 1er Février 2007 à 21:50
    Bonsoir!
    Bonsoir! Merci pour le commentaire ;)
    17
    Vendredi 2 Février 2007 à 22:15
    Frivolités
    Ah, eh bien en voila un post bien ficelé. Personnellement, je ne suis pas une fan de l'ami Franz K, mais je n'ai lu que le Procès et la métamorphose (et l'atroce colonie pénitentiaire, arg). C'est un peu trop plombant pour moi: j'aime la funnytude, le romantisme exalté, le mysticisme philosophique. Bref. Franz, c'est tout sauf frivole, c'est atrocement lourd et tragique (ça m'a traumatisée dans mon hypersensibilité compassionnelle, cette lecture quand j'étais jeune) Ce qui est marrant c'est votre wille zur frivolität: vous voulez tellement faire preuve de frivolité que la gravité inavouée du propos saute aux yeux. Du genre, j'écris pour écrire, pour contenter les fan qui veulent me lire et me bisouiller (je ne me moque pas, ils ont sûrement d'excellentes raisons)... Mais pourquoi écrivez vous au juste?
    18
    Vendredi 2 Février 2007 à 22:15
    Frivolités
    Ah, eh bien en voila un post bien ficelé. Personnellement, je ne suis pas une fan de l\'ami Franz K, mais je n\'ai lu que le Procès et la métamorphose (et l\'atroce colonie pénitentiaire, arg). C\'est un peu trop plombant pour moi: j\'aime la funnytude, le romantisme exalté, le mysticisme philosophique. Bref. Franz, c\'est tout sauf frivole, c\'est atrocement lourd et tragique (ça m\'a traumatisée dans mon hypersensibilité compassionnelle, cette lecture quand j\'étais jeune) Ce qui est marrant c\'est votre wille zur frivolität: vous voulez tellement faire preuve de frivolité que la gravité inavouée du propos saute aux yeux. Du genre, j\'écris pour écrire, pour contenter les fan qui veulent me lire et me bisouiller (je ne me moque pas, ils ont sûrement d\'excellentes raisons)... Mais pourquoi écrivez vous au juste?
    19
    Vendredi 2 Février 2007 à 22:15
    Frivolit�©s
    Ah, eh bien en voila un post bien ficel�©. Personnellement, je ne suis pas une fan de l\\\'ami Franz K, mais je n\\\'ai lu que le Proc�¨s et la m�©tamorphose (et l\\\'atroce colonie p�©nitentiaire, arg). C\\\'est un peu trop plombant pour moi: j\\\'aime la funnytude, le romantisme exalt�©, le mysticisme philosophique. Bref. Franz, c\\\'est tout sauf frivole, c\\\'est atrocement lourd et tragique (�§a m\\\'a traumatis�©e dans mon hypersensibilit�© compassionnelle, cette lecture quand j\\\'�©tais jeune) Ce qui est marrant c\\\'est votre wille zur frivolit�¤t: vous voulez tellement faire preuve de frivolit�© que la gravit�© inavou�©e du propos saute aux yeux. Du genre, j\\\'�©cris pour �©crire, pour contenter les fan qui veulent me lire et me bisouiller (je ne me moque pas, ils ont s�»rement d\\\'excellentes raisons)... Mais pourquoi �©crivez vous au juste?
    20
    Lundi 5 Février 2007 à 12:43
    B'jour...
    ...et salutations de la part d'un mauvais investissement (cf le capital et les intérêts du dernier paragraphe :)
    21
    Lundi 5 Février 2007 à 13:42
    salut fiston
    Tututu, je suis sûr que tu es un placement de bon père de famille.
    22
    Lundi 5 Février 2007 à 13:42
    Bonjour Tara
    Mais de rien. C'était un plaisir.
    23
    Lundi 5 Février 2007 à 13:45
    Salut Annousti
    Ben non figure toi. Je regarde rarement la télé et quand je la regarde, je mate les séries américaines. Bon, de temps en temps arte, mais à petites doses, sinon, je grille mes circuits.
    24
    Lundi 5 Février 2007 à 13:52
    Bonjour Elise
    En fait, ce post était un pur hasard: j'avais l'intégrale de Kafka sous les yeux. J'ai pioché au pif. Pour le reste, je ne sais pas si je veux faire preuve de frivolité. Je n'ai rien à prouver. Dans la vie réelle, je suis quelqu'un de très sérieux, limite chiant (du mauvais côté de la limite), ici, je m'amuse. Sinon, je suis un petit peu sur la même longueur d'onde que vous: j'aime la funnytude et une certaine exaltation dans le romantisme. Mais avec modération :)
    25
    Jeudi 8 Mars 2007 à 23:02
    °Faut pas déconner...°
    °... tout le monde sait ce que c'est du papier ! J'en ai même vu un jour, sur les murs de chez ma grand-mère, le jour où on l'a envoyée à l'hospice, alors hein, faut pas déconner, je sais de quoi je parle ! Sinon, au risque de passer pour une folle, je voulais préciser °alors que tout le monde s'en fout° que j'aime bien Kafka. J'ai assisté à la mise en scène de La Lettre au père et j'ai adoré ce texte. Depuis ce jour, j'ai même Le Procès sur ma table de nuit. Par contre je me suis arrêtée à la deuxième page de la préface. Faut pas déconner !°
    26
    Vendredi 9 Mars 2007 à 11:37
    Papier
    Moi, dès que j'en vois un trainer quelque part, je le mets à la corbeille. Chuis écolo à donf. C'est même pour ça qu'ils m'ont viré quand j'ai travaillé à la BN. Mais je savais pas, moi, que c'était une partition originale du requiem de mozart annotée par l'auteur! 'pouvaient pas le dire, ces cons là!?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :