•  

    Le vin est défendu, car tout dépend de qui le boit,

    Et aussi de sa qualité et de la compagnie du buveur.

    Ces trois conditions réalisées, tu peux dire:

    Qui donc boit du vin, si ce n'est le sage?

     

    Omar Khayyam



    34 commentaires
  • Jeudi, il faudra que j'écrase ma clope dans les replis du carnet à souche de l'un des 175.000 agents chargés de me verbaliser en cas d'infraction à la législation sur le tabac.

    Tout doucement, avec cette envie de bien faire qui caractérise les imbéciles heureux, nous nous rapprochons du meilleur des mondes.

    Le Coran interdit l'alcool, le code pénal, le tabac.

    Heureusement qu'il nous reste le cul.

    Quoique la drague est aussi interdite dans les entreprises, depuis la loi de 2002. Mais alors ?! kesk'on va faire ? Va vraiment falloir qu'on bosse maintenant !

    Ah putain, les salauds ! Ils plaisantaient pas quand ils disaient qu'il fallait remettre la France au travail.


    16 commentaires
  • Beaucoup, parmi les observateurs de la campagne présidentielle, font ce constat : Ségo rame pendant que Sarko trace.

    Ségo dit une connerie par jour, ce qui signifie qu'une fois par jour son équipe de campagne doit lui trouver, de toute urgence, une forêt de micros compatissant pour qu'elle puisse réparer les conneries qu'elle vient de dire dans les dix minutes précédentes.

    Pendant ce temps là, Sarko marque des points. Je me suis tartiné l'entretien qu'il a donné au journal Le Monde et dans lequel il donne les grandes orientations de son programme économique. C'est clair, précis, incisif et intelligible. A chaque problème de fond correspond une affirmation nette et sans bavure. Quelque chose de synthétique et de réfléchi.

    Par exemple sur les dépenses de santé, il dit : je ne les diminue pas, la solidarité doit impliquer la responsabilisation du patient, j'arrête de culpabiliser la médecine libérale, qui ne compte que pour 15% de la dépense, j'introduis de la gouvernance dans le secteur hospitalier, je modifie la carte hospitalière selon un principe, ne pas créer de vide médical en France.

    Ces cinq affirmations renvoient à cinq points clés de la problématique de la santé en France. Ces points ont donné lieu à débat : en sa qualité de candidat, Sarko tranche. Le type connaît son affaire, il l'a étudiée, ça se voit.

    A côté de lui, Ségo s'embourbe et s'embourde dans ses débats participatifs où l'on cause beaucoup, et où ça part un peu dans toutes les directions. Parmi les dernières images diffusées, on la voit répondre à une femme battue, comme une animatrice en séance de thérapie de groupe, qu'elle promet de faire voter une loi contre les violences conjugales. Petit problème toutefois : ladite loi a déjà été votée...

    Et ça continue : la voilà obligée de justifier ses propos sur le Québec libre...

    Avant c'était la SCI...

    Sans compter Nono, mis au coin avec son bonnet d'âne, pour mauvaise plaisanterie à l'endroit de son compagnon, François Hollande...

    Avant, c'était cette histoire d'écouteurs qui ne marchent pas et de double traduction libanaise...

    Alors, la cellule d'urgence de Ségo s'est réunit et elle a trouvé LA solution : voilà, c'est clair, les médias sont partisans et donnent une mauvaise image de la candidate. En ligne de mire, TF1, comme d'habitude.

    On suggère une théorie du complot qu'on désamorce aussitôt en la niant, puisqu'il faut rester raisonnable.

    Il n'empêche que dans la vie, on a jamais que l'image qu'on se donne. Complot ou pas, traitement préférentiel, ou pas : tout le mode a bien vu que dans la campagne de Ségo, il n'y a pas de fond. Il y a une ambiance, donnée par une image, celle d'une femme volontaire, dynamique, protectrice, rassurante, élégante et intelligente.

    Ce bel emballage dissimule t'il une machine à perdre ?

    C'est la question que l'on commence à se poser quand on voit le bulldozer Sarko, toujours aussi agaçant dans tout ce qu'il fait, dans tout ce qu'il dit, dans tout ce qu'il est, dans tout ce qu'il représente. Mais toujours aussi efficace.


    161 commentaires
  • Un jour, à cause du réchauffement de la planète j'aurai plus de glaçon à mettre dans mon whisky.

    C'est fou, hein?

    Un autre jour, un grand homme a dit que le génie est cet instant d'un homme qu'on ne peut jamais égaler, mais qu'on finit toujours par dépasser. 

    C'est beau, hein?

    Il y en a même un autre qui a rajouté que dans une symphonie de Mozart, même les silences étaient de Mozart.

    C'est fort, non?

    Et c'est pas fini.

    Un autre jour, un autre type a dit qu'avec toutes les notes qui n'étaient pas jouées par tel interprête célèbre, et ben on pourrait faire une symphonie.

    Comme quoi on a intérêt à jouer toutes les notes si on veut pas se faire piquer son copyright.

    Moi j'aime les citations.

    J'ai l'impression d'être intelligent. 

     


    31 commentaires
  • A ses blogueuses et ses blogueurs,

    A nos chers disparus,

    A nos amis,

    A nos chevaux,

    A nos escaliers,

    A ceux qui les montent,

    Par Saint Georges, vive la cavalerie!

    Et bonne année. 

     


    157 commentaires