• Une nocturne de Chopin

    Aujourd'hui, je me suis levé avec une envie de tuer, de préférence un innocent, car c'est bien mieux. Et même plusieurs. C'est encore mieux.

    Je me suis dit que je pourrais commencer par moi-même, puisque je me considère essentiellement comme un innocent, enfin au moins d'un certain point de vue Mais je suis contre le suicide, enfin au moins en ce qui me concerne.

    En fait, il faut que je vous explique pourquoi je vais devenir un tueur en série.

    Les tueurs en série sont souvent des tueurs de séries. A double titre.

    En premier lieu, me viennent à l'esprit les mots « série télévisée », bien sûr. J'image figurer un jour et en bonne place dans une sorte de star académie du tueur en série. J'aurais déjà de quoi faire en éliminant mes challengers et je me délecte d'avance à l'idée de les entendre pousser leur dernier soupir, à travers leur gorge tranchée et obstruée par les premiers caillots poisseux de sang coagulé.

    La seule chose qui me contrarie est qu'ils ne seront pas innocents, par définition, enfin, pas autant que moi. Mais bon, peu importe, il faut faire avec ce qu'on a. Le plus important est qu'il y ait une caméra, moi devant , et vous derrière l'écran.

    Oui, oui, oui, car je veux susciter l'envie. Mais aussi le dégoût, cela va de soi. Ne me prenez pas pour un pervers, c'est juste une expérience. Tenez, mettons que par le fait du hasard, quelque chose se produise sous vos yeux, n'importe quoi. N'allez pas chercher trop loin et imaginez quelque chose de simple. Par exemple, le surgissement impromptu d'une appétissante religieuse au chocolat, ou celui plus implacablement surprenant d'une obscène scène de cul, dégueulasse et dégoulinante de lubricité, comme la pipe que consentirait allégrement la secrétaire à son patron, au moment où vous entrez dans son bureau pour lui remettre fièrement le projet de rapport de gestion que vous avez rédigé, en prévision du prochain conseil d'administration.

    Hum ?

    Et bien déjà, là, à ce stade, il y a deux camps : ceux qui ressentent de l'envie et ceux qui ressentent du dégoût. Maintenant, toute la question est de savoir par rapport à quoi vous vous déterminez pour tel ou tel camp. La religieuse, ou la pipe ?

    La réponse vous appartient. Chacun ses perversions, après tout. Je vous les pardonne d'avance (le pardon est une notion très importante car, pour commettre mes crimes en toute quiétude, il faut que je vous pardonne ; mais nous y reviendrons).

    Ce que je voulais vous dire, pour revenir à mon sujet, c'est qu'on peut inverser le phénomène pour mieux le comprendre : puisque toute image procure à une personne donnée alternativement du dégoût ou de l'envie, quelque soit l'image en question, il est facile de penser qu'une image précise, comme celle d'un homicide atroce, procurera du dégoût ou de l'envie, volontairement, sciemment, à des personnes indéterminées. Aléatoirement. Vous, quoi.

    Là, je vous vois venir : vous me direz « mais vous êtes vraiment un pervers ! » Ah bon ? Pourquoi ? Parce qu'il va falloir gérer l'incertitude de l'aléa ? Que voulez-vous dire ? Que vous préférez certaines scènes de crimes à d'autres ? Que vous avez peur d'assister à une scène de crime qui ne vous corresponde pas ?

    Alors là, je tiens tout de suite à vous mettre à l'aise : je tuerai qui vous voulez, comme vous le voulez. Vous préférez assister au meurtre d'un flic, car vous nourrissez une haine secrète pour la police ? Pas de problème, j'ai ça en magasin. Vous êtes amateur de meurtre accompagné d'un viol avec actes de torture et de barbarie, parce que votre vieille préceptrice anglaise vous a traumatisé dans votre petite enfance ? Restons cool, je fournis à la commande, sous 48 heures chrono. Vous aimez les assassinats entre gangsters, façon prohibition à Chicago ? Ah ! je devine en vous quelque chose qui me plaît ! Entre le pic à glace et la mitraillette à chargeur camembert, je dois bien avoir un article qui vous conviendra.

    Mais il faut que l'on soit franc et direct : pour boucler la chaîne, il faudra installer une caméra qui vous filmera pendant que vous regarderez l'écran où j'apparaîtrai dans mes œuvres. Là, oui, ce sera pervers. Parce que vous pourrez vous voir en train de contempler des horreurs. Et vous pourrez alors mesurer à quel point elles vous laissent indifférents, fondamentalement. Et surtout, vous pourrez mesurer le grand écart qui existe entre ce qui, normalement, devrait vous faire réagir et ce qui, en pratique, vous fait réagir.

    Oh, inutile de vous creuser le ciboulot et de vous faire du mal. Le distinguo s'opère en fonction de l'identification : indépendamment du degré d'horreur des scènes auxquelles vous assisterez, vous ne réagirez que si, d'une façon ou d'une autre, elles vous concernent personnellement.

    Ne vous jugez pas sévèrement. Cela n'a rien d'égoïste. C'est une mesure de protection de notre psyché et c'est aussi une façon très saine de fonctionner. Si, si.

    Maintenant, il se peut que vous pensiez que je suis un menteur. Je me garderai bien de vous détromper, mais je vous rappellerais quand même qu'un certain nombre d'assassinats, de génocides, de famines ou d'épidémies meurtrières sont actuellement en cours à la surface de cette planète, que ces événements sont largement couverts par les médias, que des images détaillées sont disponibles et que vous en avez certainement regardé quelques-unes.

    Or, à quoi avez vous réagi prioritairement ces derniers temps ? Je ne parle pas d'une émotion, ce serait trop facile. Non, je parle d'un acte. Il ne faut pas confondre les deux. Je sais bien que certains d'entre nous s'imaginent que parce qu'ils sont émus, ils agissent. Du genre, le SDF que j'ai vu dans la rue hier, alors qu'il pleuvait et qu'il faisait froid, m'a profondément ému - là, j'intercalerais un beau développement sur ma souffrance à voir ce pauvre type dans une telle misère, pour occulter le fait que je n'ai concrètement rien entrepris pour l'aider.

    Alors, à quoi avez vous réagi ? Hum ?

    Ben, finalement à des événements qui vous concernent. Ouep. C'est comme ça. Ah non ! ne vous mettez pas à pleurer, c'est insupportable. Je vous dis que c'est normal ! Ne me faites pas le coup du sentiment de culpabilité judéo-chrétien, vous n'y êtes pour rien. Pas plus que pour les crimes que je vais commettre. On est d'accord, non ? C'est moi qui tue, c'est vous qui regardez. Donc, vous n'y êtes pour rien. Voilà, ça va mieux maintenant ?

    Je vous l'avais bien dit qu'il était important que je vous pardonne (je vous le répète, car quand je vous l'ai dit tout à l'heure, je suis sûr que vous ne m'avez pas cru).

    Je saisis d'ailleurs cette occasion pour attirer votre attention sur le fait que s'il est extrêmement important que je vous pardonne pour ce que vous n'avez pas fait, il est en revanche totalement indifférent que vous me pardonniez pour ce que je vais faire.

    Là encore, je vous vois venir et vous allez me dire : « c'est absurde ! ».

    Vous savez bien que j'ai horreur d'être contrariant et que je ne vous dirai donc pas le contraire. Mais je vous engage à méditer sur deux événements récents : d'une part sur le pardon qui a été exigé du pape, parce qu'il avait cité un ancien dialogue entre un empereur byzantin et un intellectuel Perse, péché ô combien véniel si l'on évoque par comparaison tous les crimes que l'église a pu commettre au long de son existence, et d'autre part sur les propos du président des Etats-Unis d'Amérique, qui a annoncé tout à fait officiellement avoir lancé son pays dans une guerre en Irak pour des raisons qui se sont toutes révélées erronées, reconnaissant par là-même avoir déclaré la guerre à un pays qui ne lui avait pourtant rien fait et pour des motifs totalement inexistants... sans que personne ne pense seulement à exiger de sa part le plus petit début d'excuse.

    Tout cela pour vous dire que dans ce nouveau monde qui est désormais le nôtre, il est normal que le pardon aille dans le sens de celui qui commet une faute vers celui qui n'en a pas commis, puisque le pardon descend bien mieux qu'il ne gravit la pente ascensionnelle de la culpabilité.

    En clair, c'est celui qui a le plus à se reprocher qui doit pardonner.

    Et le pire dans ce que je viens de vous dire, c'est que, par dessus le marché, c'est très chrétien (creusez la question, vous verrez bien). Je ne mentionne donc pas le pape et G. Bush par hasard.

    Toujours est-il, vous le constaterez par vous-même, qu'il est particulièrement jouissif de se faire pardonner par un criminel quand on est innocent. D'ailleurs, plus le criminel est impitoyable, ce qui est mon cas, je le confesse, plus ce pardon a de prix, car il est la marque d'un fléchissement de sa volonté homicide et celui qui en bénéficie peut s'enorgueillir d'être l'un des rares à l'avoir obtenu, sinon le seul. Etre un privilégié, c'est jouissif, non ? Si, parce que c'est enviable !

    Là encore, je vous vois venir et vous me direz : « mais pourquoi le cœur pur du criminel se laisserait-il corrompre par la compassion ? ». Mais non, vous n'y êtes pas ! Il ne s'agit pas de compassion, loin de là. Rien à voir. Il s'agit... comment dirais-je ?

    Ah, voilà !

    Il s'agit de ce que Freud appelait, dans un célèbre article sur la création littéraire et le rêve éveillé, d'une prime de séduction ou, si vous préférez, d'un plaisir préliminaire. Le pardon fait partie de ces artifices esthétiques qui vous rendront aimable l'image du crime le plus abominable.

    Vous doutez ?

    Je vous soumets cette idée qui constitue une piste de réflexions féconde : si je vous décrivais en termes crus une scène tirée d'un registre que notre éducation, ou plus exactement notre conditionnement social, nous invite à considérer de prime abord avec dégoût - je songe naturellement à une scène de cul - je gagerais sans risque de me tromper qu'elle n'éveillerait dans votre esprit aucune de ces pensées que la morale qualifie de douteuses : les mots crus laissent froid (logique quasi culinaire que ne désapprouverait l'excellent livre de recettes de cuisine que je garde à portée de la main). Mettons par exemple que je dise «  Jean fourra sa grosse bite dans la chatte de Paulette et la lima furieusement ». Bon. Vous voyez bien que cette phrase ne déclenche pas de sécrétions hormonales particulières. Si maintenant j'enrobe le truc dans des formules poétiques, en posant une ambiance, un décor, des personnages, en suggérant plus qu'en décrivant, tout cela passe beaucoup mieux. Non ?

    Tout est dans la présentation.

    Une bonne présentation permet au message central de franchir les barrières psychiques qui, habituellement, protègent notre esprit contre les stimulus qu'il n'accepte pas. Car enfin, il faut se rendre à l'évidence, notre esprit est une machine à faire le tri entre des stimulus positifs et négatifs.

    Si je vous dis par exemple que je suis riche, vieux, antisémite, homophobe, misogyne et raciste, j'émets des stimulus plutôt négatifs, si j'en juge par la majorité des sondages d'opinions. Dès lors, tout ce que je pourrais vous dire après avoir annoncé cela sera invalidé ou moins favorablement reçu par votre esprit, même si je vous dis quelque chose qui rejoint votre propre opinion, au fond.

    Au contraire, si j'émets des stimulus positifs, en concordance avec votre psyché, je pourrais même aller jusqu'à vous faire accomplir ce que votre propre système de valeurs réprouve. Tous les escrocs savent cela sur le bout des doigts et comme je suis un tueur en série, vous pensez bien que je ne l'ignore pas. Il faut du reste que je vous prévienne que, dans la plupart des cas, mes prochaines victimes se précipiteront d'elles-mêmes vers leur mort.

    Mais il y a encore plus fort, dans ce plaisir préliminaire. Comme disait le cher docteur, ce plaisir préliminaire, ou prime de séduction, nous est offert pour permettre la libération d'une jouissance supérieure émanant de sources psychiques bien plus profondes, alimentées par nos propres fantasmes, qui entrent alors en résonance avec ceux de le personne qui nous offre le plaisir préliminaire.

    En somme, c'est une sorte d'auberge espagnole : on y mange ce qu'on y apporte. Oui, toutes les horreurs que vous verrez ne seront que le reflet de vos propres fantasmes. Moi, je me contenterai de tuer en toute innocence, comme Alien. Bien sûr, ce sera sanglant, mais que voulez-vous ? Un corps humain, c'est un sac d'os, de chair et de sang, dès que c'est percé, ça fuit de partout. Quand vous regardez un documentaire sur la médecine chirurgicale, avec gros plan sur des organes gisant au fond d'un ventre humain ouvert en grand sous vos yeux curieux et avides de savoir, techniquement parlant, vous regardez la même chose que le corps d'une prostituée londonienne éviscérée par Jack l'Eventreur. Vos yeux ne font pas la différence, eux. Votre esprit, oui.

    Et là, j'entends déjà votre objection : « mais que vient faire le pardon dans tout cela ? ».

    Une minute, ça arrive ! Le bon docteur Freud l'expliquait mieux que moi : « tout plaisir esthétique présente le caractère de plaisir préliminaire, mais la véritable jouissance de l'œuvre littéraire provient de ce que notre âme se trouve par elle soulagée de certaines tensions ».

    Vous comprenez, maintenant ? Mon pardon, parce qu'il est une sorte d'œuvre littéraire, va vous soulager de vos tensions. Vous pourrez me regarder accomplir mon crime sans éprouver de culpabilité, et plus encore : je vais vous « mettre à même de jouir de vos propres fantasmes sans scrupule ni honte ». La jouissance, sans la honte, merveilleux, non ?

    Je commencerai donc l'exécution de chacun de mes crimes par un geste de pardon adressé symboliquement aux témoins que vous serez à travers l'œil de la caméra. Je vous convie donc à une fantastique aventure, qui vous en apprendra beaucoup sur vous-même et le genre humain.

    Non, non, inutile de me dire merci. C'est un plaisir de vous rendre ce service.

    J'en viens maintenant au second titre, vous rappelant que je disais en introduction qu'un tueur en série est souvent un tueur de séries. Là, je considère le terme « série » sous son acception classique : ensemble d'objets identiques ou similaires provenant d'une origine commune.

    Tuer des gens en série, c'est tuer des gens qui sont liés par un dénominateur commun. Je me suis dit, au début, que j'aurais pu me lancer dans la destruction massive des femmes blondes, ou des hommes chauves, par exemple. Mais c'est d'un banal.

    Alors j'ai choisi de pousser ma réflexion jusqu'au plus petit dénominateur commun existant entre toute les victimes, afin de vous garantir la meilleure qualité de victime possible, car je crois que vous êtes en droit d'y prétendre, et je suis arrivé à la conclusion que ce plus petit dénominateur commun est le fait que toute victime est précisément... une victime.

    Tautologie me direz-vous ?

    Il est vrai que tuer volontairement des gens pour en faire des victimes peut sembler un non-sens à l'esprit superficiel. Mais celui qui est capable d'un effort de réflexion plus énergique et plus profond se rendra rapidement compte que la « victimisation » de la victime est très exactement le but recherché par tout assassin.

    La victimisation doit se concevoir comme une œuvre d'art : c'est une sorte de transfiguration. Il s'agit de faire passer un être humain quelconque de son statut de simple quidam à un statut supérieur de victime. Mais attention ! Beaucoup de candidats, peu d'élus. N'est pas victime qui veut !

    Car je ne vous parle pas de ces victimes qu'on ramasse à la pelle pour en abreuver notre système médiatique, à la rubrique faits divers, ça s'est passé près de chez vous, vous aussi vous aurez droit à votre quart d'heure de célébrité, etc. Non !

    Moi, je vous parle de la victime de qualité !

    Pour la rencontrer, car tout assassinat est une rencontre - bouleversante d'ailleurs - il faut la connaître. Et pour la connaître, il faut la comprendre. Pour la comprendre, il faut l'aimer ! Oui, j'ose le dire : le tueur en série aime sa victime. C'est un amour un peu embarrassant, je n'en disconviens pas. Si vous deviez l'emporter en pique nique, je suggérerais de prévoir une grosse malle, disons suffisamment grosse pour contenir un corps. Enfin bref.

    Se pose alors la question de la bonne victime. Qu'est ce qu'une bonne victime ?

    Bien sûr, en fait de questions, je ne pose que celles dont j'ai la réponse et je suis tout simplement ravi de vous affirmer que des études scientifiques on ne peut plus sérieuses nous ont permis de déterminer très précisément les critères qui définissent la bonne victime.

    Il y en a cinq. Facile, comme les doigts de la main que j'emprunterai à l'une de mes victimes pour la conserver pieusement dans un bocal de formol.

    La bonne victime est d'abord et avant tout une victime innocente. Une victime qui serait coupable de quelque chose, même un petit vice, perdrait de sa superbe virginité. Bien des gens pensent que tuer un criminel, par exemple, n'est pas un crime. D'ailleurs, vous-même le pensez, j'en suis sûr. Tenez, si demain on nous annonce que Ben Laden s'est fait dessouder par un Rambo des forces spéciales, qui dira que Rambo doit être jugé et puni, à part les anti-américains de service ? Peut-être  Ben Laden vous paraît-il trop lointain ? Remplacez-le par un Guy Georges ou un Emile Louis, selon votre convenance. C'est une simple question de jugement de valeur, car la plupart des gens pense qu'un salaud qui paye pour ses saloperies, c'est une bonne chose, peu importe la façon dont cela se réalise.

    A ce sujet d'ailleurs, la cour de cassation a validé la procédure contre Emile Louis, alors que ses crimes étaient prescrits, donc non-punissables. Elle a eu recours à un tour de passe-passe dont elle est coutumière dans les grandes occasions. Elle a simplement trahi le droit, mais tout le monde s'en fout - et moi le premier ! - car ce qui compte, c'est qu'il paye, alors même qu'il est victime d'une injustice, au sens strict du terme.

    Ce qui compte surtout, c'est la pureté, la blancheur. Blanche Neige, par exemple, est une victime parfaite pour la vilaine sorcière. Encore aujourd'hui, je me lamente de l'échec de sa tentative d'empoisonnement, car rarement une criminelle aura été aussi noblement guidée vers sa victime, au point de sacrifier à son projet homicide sa propre jeunesse et sa beauté. Quel honneur fait à la victime, quelle offrande ! Hélas en pure perte !

    Autre exemple : le tsunami en Asie a fait 600.000 morts et le tremblement de terre au Pakistan, qui l'a suivi de peu, plus de 700.000. Si le premier a soulevé une vague d'émotion planétaire, le second ne nous a pourtant pas ébranlés. Pourquoi ? Parce que les Pakistanais sont de mauvaises victimes, avec leurs crimes d'honneur et leur proximité trop grande avec le terrorisme islamique. Ils ne sont pas suffisamment innocents pour mériter notre sympathie et nous les avons laissé crever de faim et de froid au milieu des décombres de leurs maisons, alors que dans l'autre cas nous avions déployé des efforts considérables pour sauver des gens qui étaient déjà morts noyés.

    Vous voyez bien que les petits crimes que je m'apprête à commettre ne sont pas grand chose au regard de tous ceux que nous commettons par indifférence.

    Là-dessus, il suffit de dresser la liste des victimes innocentes : les enfants, bien sûr, les femmes, surtout quand elles sont enceintes, les personnes âgées, les handicapés, les malades, les salariés, les locataires, les petits épargnants, etc, du moment qu'ils sont en situation de vulnérabilité. Ou plus précisément, en position d'infériorité. Par exemple, on dira aisément qu'un jeune des cités d'origine maghrébine est victime d'une bavure policière, car nous intériorisons le fait que l'appartenance de la victime à un ancien peuple colonisé nous place dans une situation de supériorité inavouable, que nous refoulons injustement sur la police. Mais n'ayez surtout pas de compassion pour les policiers, ils sont payés pour ne pas être aimés : il ne manquerait plus que dans une démocratie on n'aimât la police ! Ce serait le début de la dictature et il n'en est de pire que celle qu'on aime.

    L'innocence se définit donc, au sens victimologique du terme, comme la pureté, la vulnérabilité, l'infériorité, et pour tout dire, la soumission : un innocent est dominé, raison pour laquelle son destin est bien d'être victime de quelque chose, y-compris d'une erreur judiciaire. Comme quoi, l'innocent est bien en position d'égalité face au crime et face à la justice : il est également reconnu par l'un et l'autre comme une proie digne d'intérêt. A la racine du mot, l'innocent est là pour payer, c'est son rôle devant l'humanité.

    Nous abordons le deuxième critère qui distingue la bonne victime du tout venant : sa fonction rédemptrice. Comme le Christ sur la croix, la bonne victime est là pour racheter nos fautes (pas les siennes, puisqu'il est innocent). Prenons par exemple tous les petits vieux qui sont morts pendant la canicule : leur trépas anonyme nous a permis de nous faire notre crise de culpabilité, salutaire et hygiénique. Maintenant que l'événement est passé et que nous nous sommes ressourcés dans l'odeur putride de leur cadavre en décomposition avancée, rendue plus rapide encore par la chaleur étouffante qui régnait dans les sous-pentes où nous les avions remisés pour qu'ils achèvent discrètement leur existence, loin de nos regards, nous nous sentons mieux, non ? En pleine possession de nos moyens, non ? La preuve, nous allons faire des procès. C'est à dire que nous allons désigner des coupables.

    C'est ça, le rachat de la faute : le corps de la victime est une monnaie d'échange qui nous permet d'acheter la faute commise par tous, pour finalement la faire payer à certains d'entre nous, mais pas n'importe qui : les « mauvaises » victimes. La fonction sociale de la bonne victime est d'être opposée à la mauvaise. Elle sert à un règlement de compte.

    Il convient de noter dés à présent qu'une bonne victime peut devenir mauvaise au gré de nos revirements psychiques. Le 12, nous avons tous pleuré les 3.000 victimes du 11 septembre. Mais six ans plus tard, devant les exactions de l'armée américaine, à qui réservons-nous nos larmes ? Hum ? Revirement psychique. Dans un procès pour viol, n'est-il pas tentant de faire d'abord celui de la victime, qui portait une jupe trop courte, plutôt que celui du violeur, qui a cédé à une pulsion finalement si humaine ? Ne dit-on pas qu'on résiste à tout, sauf à la tentation ? Revirement psychique, encore.

    La bonne victime est donc, non seulement une denrée rare, mais encore un phénomène précaire soumis aux aléas de nos changements internes. Hier les Juifs étaient des victimes, aujourd'hui les Israéliens sont des tortionnaires...

    Le troisième critère de la bonne victime est une exigence esthétique absolue : elle doit être belle dans la douleur. Vous souvenez-vous de la photo de cette femme algérienne, éprise de douleur, dont les proches ont été massacrés, pendant la guerre civile ? On l'a même comparée à la Joconde, sauf qu'elle ne souriait pas. Cette photo, qui a fait le tour du monde en passant par chez vous, ne vous a t'elle pas procuré un plaisir troublant ? Si oui, n'y voyez aucune malice ou malformation cérébrale, bien au contraire : votre esprit a mécaniquement enregistré un stimulus positif, en concordance parfaite avec l'image que vous vous faite de la bonne victime.

    Le Christ lui-même, victime par excellence, est beau dans la souffrance. Tout, dans l'art sacré, est dévoué au rappel permanent, à l'évocation multiple de cette beauté sublime. Il est d'ailleurs assez piquant de remarquer que l'église catholique, pourtant si intransigeante avec les plaisirs obscurs que se donne l'âme humaine, dans lesquels elle voit encore aujourd'hui la force du diable, a néanmoins pris le risque de peupler l'inconscient de ses fidèles avec des images qui pourraient très facilement dériver vers quelque chose de franchement obscène. L'église doit être perverse, je ne me l'explique pas autrement. Elle nous soumet à la tentation pour mieux nous demander d'y résister. A tous coups, cette mission impossible est un échec qui fait de nous un pécheur repentant relevant de son ministère, donc de son pouvoir. Quelle horrible façon de nous y maintenir, alors que moi, je vous offre le libre arbitre !

    Quatrième critère de la bonne victime : elle doit être pénitente. La victime a quelque chose à se faire pardonner. Quoi ? Cela n'a aucune importance, mais demandez-le à toutes les victimes que vous pourrez croiser et elles vous répondront qu'elles ressentent intensément un sentiment de culpabilité, qu'elles sont bien souvent incapables de définir, mais qui prend sa source dans le fait même qu'elles ont été victimes de quelque chose. Ce sentiment de culpabilité est d'autant plus insupportable que la victime ne trouve rien à se reprocher, alors qu'elle reproche tout à celui qui lui a fait du mal, assumant ainsi une culpabilité que ce dernier n'endosse en général pas. Assumer la faute d'un autre, alors qu'on a été la victime, n'est-ce pas le comble du raffinement masochiste, qui traduit si parfaitement ce qu'est le pénitent ?

    Conséquence obligée de ce quatrième critère, la victime doit être humble, car le pénitent est humble. Je crois que nous avons tous horreur de ces victimes prétentieuses ou orgueilleuses qui tiennent tête à l'avanie. Mais attention, le mécanisme est ici sensible comme le balancier d'une horloge : comme nous aimons aussi que la victime soit belle dans la douleur, une certaine morgue, ou capacité à supporter fièrement l'épreuve sans broncher, est également vivement souhaitée. Un sens de la répartie serait un plus apprécié, surtout si la victime doit s'expliquer en public. Subtil dosage, donc.

    Cinquième est dernier critère, essentiel : la victime, impuissante, attend sa libération par l'intervention d'un élément extérieur et providentiel. Vous comprenez bien qu'il est hors de question qu'une victime acceptable se défende ou se fasse justice elle-même ! Quand les Palestiniens tombent sous les balles des soldats israéliens, l'ordre sacré des choses est respecté. Mais s'ils s'avisent de truffer des bus avec des bombes, ils cessent de satisfaire à ce critère essentiel et deviennent des terroristes. Leur fonction est de se faire massacrer en attendant l'intervention d'une main secourable et étrangère, comme surnaturelle. Une feuille de route, élaborée dans un lointain pays nordique.

    C'est sans doute pour ça que, comme vous, j'ai beaucoup aimé les Bosniaques. Dieu qu'ils étaient beaux quand ils mourraient en attendant, mais en vain, notre inutile secours ! Nous nous sommes même payé le luxe d'accueillir des réfugiés, mais en nombre limité, afin qu'il reste sous la lame du couteau serbe, suffisamment de gorges à trancher.

    Hum ! Je crois qu'à force de considérer l'actualité internationale je deviens cynique, alors que je m'étais juste promis de devenir assassin. Veuillez pardonner ce moment d'égarement. Si je continue, ma pensée va se faire arrêter pour vagabondage, alors que son but précis est de me guider jusqu'au meurtre.

    Voilà donc brossé le portrait de notre victime parfaite. Enfin, je veux dire, la mienne. Et ce n'est pas parce que je compte en avoir plusieurs que je consentirai à les partager ! Innocente, rédemptrice, belle dans la douleur, pénitente et offerte à sa libération. Je ne vois que la femme pour aligner simultanément autant de qualités.

    Je commence donc mon massacre demain, un peu avant l'aube. C'est à ce moment que les exécutions sont les plus belles. Aux heures dites bleues, je poserai ma plume sur la première feuille blanche de mon premier roman noir et je vous jure devant les dieux du mal et de l'enfer que les victimes tomberont comme les mouches devant la bombe d'insecticide !

    J'ai déjà trouvé mon titre, je vous le livre : « Les victimes du Bois de Boulogne ».

    Vous remarquerez qu'un titre normal et banal, pour un roman policier, serait plutôt « L'assassin du Bois de Boulogne », ce qui traduit la prépondérance que nous accordons au criminel sur ses victimes. Qui se souvient du nom des victimes de Jack l'Eventreur ? Celles de Guy Georges ? Celles de Francis Heaulme ?

    Or, mon roman sera l'histoire d'un assassin qui accorde de la considération à ses victimes, qu'il veut parfaites, en fonction des cinq critères. Pour cela, il est prêt, comme la sorcière de Blanche Neige, à tous les sacrifices. Il est prêt à en faire des gens inoubliables. C'est à dire, très précisément, ce que ne sont pas les victimes d'aujourd'hui.

    Mon criminel sera quelqu'un de normal, comme vous et moi. Et comme moi, peut être-vous aussi, il écrira un livre sur ce qu'il fait. Peut-être même est-il déjà en train d'écrire le même livre que moi, sur les mêmes choses que moi. Peut-être encore qu'à force de les écrire, il pense qu'il est inutile de les vivre, à moins qu'il estime au contraire que, pour bien les écrire, il ne soit indispensable de les vivre ?

    Inquiétant, non ?

    Brrrrrr ! Je me fais froid dans le dos !

    Une dernière question vous brûle sans doute les lèvres : quel rapport entre ce post et son titre ? Rien d'autre sans doute que l'heure tardive jusqu'à laquelle vous a entraînée sa patiente lecture, dont je vous remercie.




  • Commentaires

    1
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 11:05
    Arf!
    Comme d'habitude et pour ne pas changer, ma mise en page est une catastrophe...
    2
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 11:12
    vala
    On y arrive, mais putain, j'ai perdu la main.
    3
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 11:18
    la vache
    j'ai cru que mon écran ne serait jamais assez grand pour tout lire ;-)! oui, j'avoue j'ai tout lu ! je serai peut-être la seule d'ailleurs ;-)! bizzz marquis
    4
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 11:25
    Pfiou...
    C'est Chopin qui t'inspire ça la nuit ? Il n'y va pas piano...
    5
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 11:52
    Salut Nikoo
    Non, je te rassure, t'es pas la seule: moi aussi j'ai tout lu. Mais c'est bien parce que j'ai été obligé.
    6
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 11:54
    Piano
    Bonjour Cosmic. Oui, d'ailleurs les voisins n'ont pas fermé l'oeil de la nuit. J'aurais dû mettre la pédale douce.
    7
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:00
    A tout avouer
    pas le temps de lire, pour le moment, mais compte bien m'y employer et y trouver quelques éléments permettant une analyse psycho-sociologico de comptoir, doublée d'une petite leçon de morale, accompagnée d'une bonne dose de leçons sur la tolérance, la tempérance, la non-violence. Et une conclusion, très philosophique, sur la nécessité de la discussion, de l'échange, de la confrontation des idées, le tout entre adultes raisonnables et humains !
    8
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:17
    tu me réconfortes
    tshoky...au moins je ne suis pas seule à écrire à une heure très tabrdive un post trèèèèèèèssss longgggg..oufff ! ruien que pour ça ..Merci
    9
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:17
    L'heure bleue
    c'est aussi celle que je préfère pour commettre mes petits délits en série...
    10
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:20
    mais pourquoi ne pas
    mettre cette nocturne...question de voir...moi c'était un mélange de tout ....j'ai dû faire un tirage au sort , c'est tombé sur tino rossi
    11
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:23
    Euh
    Non, non, ce post est tout sauf psycho machin chose. Je me fiche bien des causes cliniques, objet premier de la psychologie. La guérison du malade, ou d'une société malade, par l'éradication des traumas grâce à la cure adaptée en fonction de la détermination des sympômes, est une question qui échappe notoirement à ma compétence. C'est pas le pourquoi qui m'intéresse, ni la guérison. C'est le comment un système part en vrille tout en continuant à fonctionner normalement. Tout cela pour te dire que je ne suis pas un fana du mythe de la réconciliation et de l'harmonie universelle. Donc, je te préfère quand tu n'est pas d'accord avec moi.
    12
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:33
    Bonjour New
    Oui. Le chant des oiseaux recommence au tout début des heures bleues, alors qu'il fait encore nuit. C'est pratique, ce repère.
    13
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:35
    Tino Rossi?
    Mon dieu quelle horreur! Annousti, tu n'as peur de rien!
    14
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:42
    tu aurais préfé ré
    ketty rena?
    15
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:43
    tu aurais préfé ré
    ketty rIna?
    16
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 12:53
    Nan
    mais l'intégral de sheila, dédicacé par l'auteur, actuellement disponible en grande surface spécialisée, en série limitée, flatte agréablement mon sentiment morbide.
    17
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 13:42
    Et merde...
    tu joues encore au post le plus long...Bon ben je m'y colle...
    18
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 13:43
    Hi hi !
    L'intégrale de Sheila, je vais te l'offrir. Bravo chou pour ces longues minutes que tu viens de meubler par la grâce d'un post absolument pas chiant.
    19
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 13:49
    Ah Leslie!
    Quel bonheur de te revoir en chair et os, sans les moulures de plâtre. Comme toujours j'admire ton courage. Pour le prochain, je ferai plus court, allez.
    20
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 13:52
    Mon chou
    L'intégral en série limitée avec dédicade de l'auteur? Wow! Je fonds déjà, telle la banquise face à notre claude allègre national rayonnant de son génie météorologique. Nous l'écouterons ensemble, tiens? Non? Si? Euh, mais pourquoi tu t'enfuies?
    21
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 13:57
    Tout lu
    Purée de toi même ....mais comment transformes tu autant de vérités en élucubrations Tschokiennes ??? Comment sautes tu du coq....à la poule ???? Je ne vais plus écrire scotchéé..Mais Tschokchée...Bon ben comme d'hab je fais les photocopies
    22
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 14:09
    Ouep, t'as vu ça, hein?
    Com d'hab, ce post est un tissu de conneries, mais j'ai essayé de faire en sorte qu'on ne voit pas trop les coutures, alors qu'elles sont apparentes. J'espère que ça t'a plu. :))
    23
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 14:42
    et moi
    qui était un adepte tu post court ... chapeau bas , monsieur ! jamais oh grand jamais, je ne pourrai pondre ce genre d'article ....
    24
    Jeudi 12 Octobre 2006 à 16:30
    C'est du bon
    du dense, ça Mossieur ! Je crois que je suis d'accord sur l'ensemble. Déjà le texte est doté d'un certain humour mais je crois que la cerise sur le gâteau est la sélection d'annonces en dessous : Sclérose en Plaques Biogen Idec France vous aide à mieux comprendre cette maladie www.biogenidec.fr De belles jambes Soulagez tout de suite vos jambes Pour être belle www.labobara.com Yoga et Maternité Yoga adapté à la femme enceinte Accouchement et respirations yogaparis.com indemnisation accidents information gratuite comment négocier l'indemnisation indemnisation.com Je me demande à qui elles sont adressées à l'auteur ou aux lectrices et lecteurs. Chapeau bas tout de même pour ce post de 29153 signes (espaces compris).
    25
    Vendredi 13 Octobre 2006 à 09:50
    Chopin
    Peut-être ce que tu écoutais en écrivant, mais si absorbé par ton envolée, ta passion cathartique que tu ne t'en souvenais plus. Mais quoiqu'il en soit, mon cher Tschok, ce que tu demandes ne peut exister car aucune victime n'est belle, même si elle rassemble toutes les qualités que tu lui confères, même si de surcroît elle est divinement jolie. La victime n'est jamais belle parce qu'elle ne fascine pas et la beauté c'est la fascination; alors seul le bourreau, le meutrier, le tueur, le sadique prend soudain cette dimension esthétique. La comparaison à Jésus est pertinente mais fausse, car justement, cette dimension christique de la beauté de la victime n'est réservée qu'à lui ; car personne, malgré tes recherches, ne pourra atteindre sa pureté inhumaine.
    26
    Vendredi 13 Octobre 2006 à 13:08
    Salut Trenty
    Quoi, t'es d'accord?? Avec le post ou avec les coms? Nan, parce que dans le post, mon personnage est un affreux, moi je trouve. C'est un cynique qui mélange un peu de vérité à beaucoup de mensonges, finalement.
    27
    Vendredi 13 Octobre 2006 à 13:15
    Salut June
    Arf! La victime n'est donc pas belle. Le criminel, si. Et la comparaison avec jésus est fausse. Grrrr! Bon, j'essaierai de faire mieux la prochaine fois alors :)) (et plus court surtout, près de 30.000 caractères, j'en reviens pas moi même).
    28
    Vendredi 13 Octobre 2006 à 14:53
    Bonjour Mister Tschok,
    Tu n'écris pas souvent, mais quand tu le fais, ça vaut le détour... ;-)
    29
    Samedi 14 Octobre 2006 à 00:20
    D'accord...
    avec Céleste
    30
    Mardi 17 Octobre 2006 à 13:43
    Le détour... pour éviter?
    Et tenez vous bien (vous vous tenez bien là?): j'vais faire une suite. Si.
    31
    Little
    Mercredi 18 Octobre 2006 à 11:27
    Tschou
    pour les copies..........RV à gare de l'Est....Comme d'hab
    32
    CD
    Mercredi 18 Octobre 2006 à 11:35
    La 4e question
    était mal exprimée, mais j'ai eu la flemme de la repenser : "Qui aimeriez-vous voir remplir ce questionnaire ?" Bonne journée à toi.
    33
    Mercredi 18 Octobre 2006 à 12:39
    Gare de l'Est
    J'y travaille, j'y travaille!
    34
    Mercredi 18 Octobre 2006 à 12:41
    La 24ième question
    tu veux dire. Je ne suis pas trop questionnaire, mais on peut voir.
    35
    Mardi 12 Décembre 2006 à 10:38
    victimes
    Elisabeth Stride, Mary Jane Kelly, Mary Ann Nichols, Annie Chapman, Catherine Eddowes pour Jack l'�©ventreur Pascale Escarfail, Catherine Rocher, Elsa Benady, Agnès Nijkamp, Hélène Frinking, Magalie Sirotti, Estelle Magd pour Guy Georges, à noter qu'il a été l'auteur de 13 autres agressions sexuelles ne s'étant pas solder par des meutres sauf une celle de Nathalie C. (on tait son nom car elle encore vivante) où l'intention de la tuée était là mais où il a manqué son coup elle y a survécue. Lyonelle Gineste, Annick Maurice, Jorise Viville, Aline Pérès, Laurence Guillaume, Jean Rémy pour Francis Heaulme... sans doute le plus boucher des trois (83 coups de tournevis pour Joris) Les victimes ne sont jamais oubliées par les criminels, eux se rappel des victimes de leur vies et du mode opératoire de leurs executions, cela inspire... La victime sera toujours parfaite et innocente, bah oui c'est la victime et forcement on la portera toujours au nues, ce qui rend la victime parfaite c'est l'aptitude du criminelle à rendre son agonie horrible tout en laissant le soin de faire vite découvrir le corps et sans laisser le moindre élément de preuve ou de soupçons. Le must étant de n'avoir aucun lien avec la victime, ne jamais l'avoir vue ou cottoyée et de n'avoir aucun mobile. Et le must du must c'est de faire en sorte que les enqu�ªteurs puissent échaffauder une pr�©somption de mobile et établisse un lien entre les victimes... lien auquelles le meutrier n'est pas lié, ainsi l'enquète pietinne et part tous azimutes... Mais le meutre est une démarche particulière qui nécéssite pour devenir un sérial un état d'esprit particulier, il ne faut accorder aucune importance à la vie même pas à la sienne pour franchir le pas... massacrer torturer devient alors un plaisir similaire au plaisir sadique d'un enfant piètinnant des fourmis... Bon courage pour ton bouquin... Mais souviens toi bien que l'envie de tuer ne fais de personne un assassin, le passage à l'acte est une démarche qui dépasse de très loin une simple pulsion meutrière... c'est surtout et avant tout du sadisme exhacerbé. @+++ topx
    36
    Jeudi 18 Janvier 2007 à 17:49
    Faudrait
    que je me décide à corriger la faute dans le titre, quand même. C'est UN nocturne. Chuis paresseux moi.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :